Le café est une partie intégrale de la culture du cyclisme, et même du sport d’endurance en général. Le dimanche matin, de nombreux cyclistes s’arrêtent lors de leur longue sortie pour déguster un bon café. C’est un moment pour reprendre son souffle, s’arrêter et se reposer avant de repartir.

Photo: Antoine Desroches

Mais si le café est si populaire chez les cyclistes et autres sportifs, c’est aussi dû à ses propriétés ergogènes (qui augmente les performances). En effet la caféine est reconnue depuis plusieurs centaines d’années pour ses effets sur l’état d’éveil, l’état d’alerte et sur la sensation de fatigue. Ce n’est pas pour rien que 90 % des adultes dans le monde, boivent du café régulièrement. En plus d’être plus éveillé et alerte lors de nos entraînements et compétitions, la caféine permet aussi de diminuer la sensation de douleur et de fatigue lors d’un effort intense.

Il est donc intéressant de consommer de la caféine avant ou pendant nos compétitions pour améliorer nos performances. Par contre, si, comme moi, vous buvez du café à chaque jour, et même plusieurs fois par jour, il est possible que l’effet ergogène de la caféine soit diminué puisque votre métabolisme est trop habitué à consommer du café.

Photo: Antoine Desroches

En d’autres mots, l’effet que vous ressentez maintenant est assurément beaucoup moins que la première fois que vous avez bu du café. Il est même fort possible que vous devez boire plus de café maintenant pour ressentir le même effet.

C’est pourquoi de nombreux athlètes font une detox de caféine la semaine précédant une course pour avoir un effet plus important de la caféine. C’est par exemple, ce que la marathonienne Des Linden fait avant ses compétitions. Pour une amatrice de café comme Linden, (elle a co-fondé la compagnie de café Linden & True) c’est un GROS sacrifice!

Photo: Antoine Desroches

Est-ce que ça vaut vraiment la peine de se priver de café pour une semaine?

Oui!

Une récente étude publiée en décembre 2018 (Time course of tolerance to the performance benefits of caffeine) a démontré la diminution de l’effet de la caféine après une certaine période de temps. Les participants ont participé à deux protocoles différents, soit 20 jours durant lesquels ils ont consommé un comprimé de caféine et 20 jours durant lesquels ils ont consommé un placebo. Les deux blocs de 20 jours étaient séparés d’une période de 7 jours. Les participants, ni les chercheurs, étaient au courant s’ils consommaient le placebo ou le vrai comprimé. Les chercheurs ont démontré une augmentation de 5 % du Vo2Max pour le premier jour du protocole pour les sujets qui consommaient la caféine.

Antoine Desroches. Photo: Talbot Cox.

Les chercheurs ont également démontré que pour les sujets qui consommaient le comprimé de caféine, l’effet bénéfique sur la performance commençait à diminuer après quelques jours, ce qui s’explique par le fait que notre métabolisme devient habitué à consommer cette substance. La performance est quand même meilleure comparé au placebo mais moins élevée comparé au premier jour de l’expérience.

Donc, il semblerait que ça vaut la peine de s’abstenir de consommer de la caféine la semaine avant une compétition pour avoir un plus gros « boost » le jour de la course. Par contre, si cette « detox » affecte votre préparation physique avant la course et que vous avez des migraines ou avez de la difficulté à performer lors de vos entraînements la semaine avant la course, cette « detox » ne vaut peut-être pas la peine.

Report error or omission