Entrevue avec Rudy Von Berg, vainqueur du Championnat Européen 70.3 2018 et 2019. Âgé de seulement 25 ans, l’Américain a démontré la fin de semaine dernière qu’il est l’un des meilleurs triathlètes au monde en devançant Javier Gomez au fil d’arrivée. 

AD: Salut Rudy, félicitations pour ta victoire eu championnat Européen 70.3.

Tu as nagé en 21 :02, roulé en 2 :01 :36 et couru en 1 :11 :23 pour un temps total de 3h39 :31. Tu as offert une performance sublime dans les trois disciplines, démontrant ainsi que tu es un triathlète complet. Comment évalues-tu ta performance? Est-ce une performance parfaite ou il y a-t-il des points que tu souhaites améliorer?

Il y a des toujours des choses à améliorer évidemment, mais cette course reste la meilleur course et performance de ma carrière. Niveau chiffres pur, mais aussi comment j’ai tout géré mentalement, je n’aurais pas pu faire grand-chose de mieux. Après, oui en effet, j’aimerais nager devant avec Gomez, j’ai perdu presque 40sec, ce n’est pas dramatique, surtout sur Gomez mais quand même. J’ai réussi à courir mon 1er 1h11 sur semi marathon ce dont je suis très content, mais franchement quand on regarde mon entraînement, je sens que j’ai vraiment le potentiel de passer sous les 1h10. 

Related: Von Berg and Lawrence are crowned European 70.3 champions

AD: Tu as battu la légende Javier Gomez de 11 secondes. Quelle était ta stratégie pour vaincre Gomez?

C’est simple, avec Gomez, il ne faut pas attendre la course à pied! Donc je m’étais fait tout un plan pour partir à vélo. Encore faut-il déjà être avec la bête à la sortie de l’eau. Ça m’a mis 15km à le rattraper, et puis après quelques km de « repos » je suis passé devant et j’ai mis une grosse accélération franche. J’avais de bonnes jambes donc j’ai pu sortir du groupe de 8 athlètes assez vite, mais après pendant un bon 15km j’ai stagné à 30sec devant le groupe! Ce n’est que sur la fin de parcours que j’ai pu creuser l’écart. Ensuite à pied, j’avais prévu le coup également. Je savais qu’il allait me reprendre du temps, et qu’il allait revenir sur moi à un moment ou à un autre. Ma tactique était de courir aussi vite que je pouvais jusqu’à ce qu’il revienne proche de moi mais que j’ai encore 20-30sec. A ce moment, j’avais prévu de commencer à vraiment tout donner, en espérant que j’ai bouclé au moins plus de la moitié de la course à pied. J’ai réussi à le faire douter, et à le faire vraiment forcer, ce qui lui a causé un point de côté. Il revient de nouveau très fort sur la fin, malgré que je sois encore à 3’25/km, mais c’est passé crème avec 11sec sur la ligne d’arrivée!

AD: Étais-tu au courant que Javier Gomez se rapprochait rapidement de toi?

Oui je recevais des écarts assez fréquents ce qui aidait bien. Mais malgré cela, la seule façon de battre le mec était de courir mon semi marathon le plus rapide de ma carrière. Et c’est ce que j’ai fait.

AD: Tu as sauvé au total 32 secondes dans les transitions sur Javier Gomez. Comment réussis-tu à être aussi rapide en transitions? Est-ce que tu pratiques régulièrement tes transitions lors des entraînements?

Plus vraiment à l’entraînement, mais ça fait tellement d’années que je fais du triathlon, que c’est pas compliqué. Il faut juste bien repérer tous les emplacements (des sacs et des vélos), ne pas trop se précipiter, et rester concentrer sur soi-même. 

AD: Depuis la fin de 2017 tu es entraîné par Luc Van Lierde. Pourquoi ce changement d’entraîneur et pourquoi avoir choisi Luc Van Lierde?

Il me fallait un nouveau coach pour passer un cap. J’ai choisi Luc car mon objectif principal avec mon nouveau coach était d’avoir de la périodisation pour que j’arrive à ma meilleure forme pour les courses à objectif. Et ça marche bien.

AD: Qu’est-ce qui a changé dans ton entraînement et dans ta préparation depuis que tu es entraîné par Luc Van Lierde?

C’est peut-être étonnant, mais j’ai moins d’intensité qu’avant. Un peu plus de volume, mais c’est juste que l’intensité est intégrée au bon moment. 

AD: Quels sont tes prochaines courses pour le reste de la saison et quels sont tes objectifs?

Le prochain gros objectif est le Championnat du monde 70.3 à Nice, et c’est ma prochaine course. On verra plus tard pour les courses d’automne. 

AD: As-tu des gens ou des commanditaires que tu aimerais mentionner et remercier? 

Oui évidemment, d’abord mes parents sont les supporters numéro 1, et puis tous mes sponsors qui me soutiennent dans cette aventure, ils sont vraiment top, et me fournissent avec le meilleur matériel et aide financière possible donc merci beaucoup à eux de croire en moi. 

Merci beaucoup pour ton temps et bon succès pour le reste de ta saison!

Report error or omission