Jean-Sébastien Martel, n’a pas le physique du triathlète typique. Il a plutôt la carrure d’un joueur de football, et ça tombe bien, J-S est un ancien allier défensif pour les Carabins de l’Université de Montréal. Mais sa stature n’est pas ce qui est le plus surprenant lorsque l’on rencontre J-S Martel sur le parcours d’un triathlon. Le plus étonnant est le fait qu’il porte son uniforme de pompier. Et oui! Jean-Sébastien Martel, pompier de profession, court le demi-marathon lors des 70.3s en uniforme de pompier, et en août prochain, il va courir le marathon au complet de l’Ironman de Tremblant en portant son uniforme. 

Pourquoi s’imposer ce gros défi? 

Je me suis entretenu avec J-S dans le cadre de mon podcast Le Podcast du Triathlete afin d’en apprendre plus sur J-S. Jean-Sébastien Martel fait des marathons et des triathlons en uniforme de pompier pour amasser des fonds pour la fondation Mélio du CHU Sainte-Justine. Son fils James, qui aura 3 ans en août prochain, est atteint d’hémiparésie. C’est une forme de paralysie cérébrale qui touche un côté du corps et diminue la capacité de mouvement, particulièrement la motricité fine. Les sous ramassés servent à payer des services de physiothérapie et d’ergothérapie, ainsi que pour se procurer une chambre hyperbare. La période de 0 à 5 ans est un moment très important pour l’apprentissage donc c’est important que James ait accès au maximum de ressource possible.

Lorsque que Jean-Sébastien s’est lancé le défi l’année dernière de compléter un triathlon 70.3 habillé en uniforme de pompier, il n’avait jamais complété de triathlon et avait très peu d’expérience en natation. Je me suis entretenu avec J-S il y a quelques semaines, soit quelques jours après le 70.3 de tremblant, il m’a expliqué qu’il était beaucoup mieux préparé cette année et qu’il a retranché près de 30 minutes à son temps de natation. La course à pied est également un très gros défi puisqu’il porte son habit de pompier qui pèse près 30 livres. Courir 42.2 km avec cet habit sera un très gros défi, donc lorsque vous le croiserez sur le parcours de course à pied, saluez J-S et lancez-lui un mot d’encouragement! 

S’entraîner avec un emploi de pompier et une jeune famille est un gros casse-tête, particulièrement pour un Ironman, mais J-S trouve le temps. Il pédale à l’occasion dans la caserne, mais ses séances de Zwift sont parfois interrompues par un feu. Sauver des vies et des immeubles a la priorité sur chasser des segments Strava!

Report error or omission