L’humoriste Maxim Martin est l’ambassadeur du salon de la course à pied et du triathlon de Montréal qui aura lieu le 8-9-10 Mars prochain au palais des congrès. La mission du salon est de promouvoir la course à pied et le triathlon dans la région de Montréal. C’est l’occasion d’assister à des conférences, de découvrir des évènements sportifs et de magasiner du nouvel équipement! Le triathlon est de plus en plus en vogue au Québec grâce notamment à l’Ironman de Tremblant et du triathlon de Montréal qui accueille les meilleurs triathlètes au Monde. Maxim a découvert le triathlon il y a quelques années et c’est devenu, comme pour nous tous, une très grande passion.

Le triathlon est de plus en plus en vogue au Québec grâce notamment à l’Ironman de Tremblant et du triathlon de Montréal qui accueille les meilleurs triathlètes au Monde.

La semaine dernière, Maxim était à Shawinigan pour roder son nouveau spectacle et j’ai profité de l’occasion pour discuter avec lui de son rôle d’ambassadeur du salon de la course à pied et de triathlon.

« J’étais flatté parce que quand je regarde ceux qui l’ont fait dans le passé et y’a beaucoup de chums entre autres Dominic Arpin. C’est drôle quand t’as eu mon parcours et t’arrives à ce qu’on te demande de devenir ambassadeur pour un salon de course, tu réalises que ce que je fais est remarqué. »

« Moi je représente monsieur madame tout le monde. Les gens peuvent se dire si lui il le fait moi aussi je suis capable. Je trouve ça génial. Ma première course c’était un demi-marathon. Je n’avais jamais couru de ma vie, mais je me suis entraîné trois mois pour la course. C’est ça le message! Si ça te tente tu t’inscris à une course, tu mets tes runnings à tous les jours, ben ça se peut! »

“Ma première course c’était un demi-marathon.”

Maxim a eu un parcours tumultueux et après plusieurs années à consommer de la drogue et à boire, il a pris la décision de changer complètement sa vie.

« C’était une nécessité, c’était une dépendance à la drogue, une dépendance à l’alcool, j’étais en train de tout perdre. Pu de carrière. Et ça a commencé assez graduellement. Ce qui m’a beaucoup aidé c’était le sport. Un j’étais énorme, je pesais 205 livres. Comme je disais en blague, je suis le seul cocké qui a pris du poids! Je mettais donner le défi de perdre 30 livres en trois mois et je suis retourné au gym m’entraîner avec un entraîneur privé, un chum à moi. Et la piqure s’est fait. Durant les premières années c’était vraiment Chest-Bras-Chest-Bras. »

Maxim a ensuite fait son premier demi marathon pour une fondation. On lui avait donner le choix entre un 10 km ou un demi marathon, mais il a préféré le plus gros défi. C’est un thème récurrent dans la vie de Maxim. Il ne fait jamais les choses à moitié et il ne recule pas devant un défi. Cet été il participera à son premier Ironman, soit l’Ironman de Tremblant et il participera au 70.3 de Mallorca en Espagne ce printemps pour s’y préparer. Maxim a déjà pris part à plusieurs demi Ironmans et a participé à l’Ironman de Tremblant en équipe l’été dernier en compagnie de Pat Godin et de Sébastien Delorme.

Cet été il participera à son premier Ironman, soit l’Ironman de Tremblant et il participera au 70.3 de Mallorca en Espagne ce printemps pour s’y préparer.

Maxim s’entraîne avec le club Altitude triathlon et demeure assidu dans ses entraînements malgré son horaire chargé.

« Cette année je ne pensais pas être aussi occupé que ça. Je travaille sur le prochain show, j’écris une troisième saison de Max et Livia, il y a d’autres nouvelles que je vais annoncer bientôt. C’est une des années que je suis le plus occupé mais je trouve le temps pour m’entraîner. Je sais que c’est pas évident pour les gens qui ont plusieurs enfants et qui sont très occupés mais moi je me rencontre que c’est une nécessité. Quand ça fait deux trois jours que je ne me suis pas entraîné mon tempérament change. »

Le sport lui permet même d’être plus efficace et attentif au travail. Il a même des idées de blagues lorsqu’ils s’entraîne.

« Quand je fais du sport c’est là que règle pleins de choses dans ma vie, que ce soit des idées de projet, des décisions à prendre. C’est mon moment méditatif. »

Pour terminer ma conversation avec Maxim, je me devais d’aborder un sujet très important pour moi, pour lui et pour toute la communauté de cyclistes du Québec, soit la sécurité en vélo. En effet, le décès du cycliste Clément Ouimet a touché Maxim particulièrement puisque Clément était le copain de sa fille Livia. Suite à ce tragique évènement, il avait écrit un texte très touchant dans le journal de Montréal dont voici un extrait :

Sortie à la mémoire de Clément.Demain vendredi à 15h.Point de rencontre sur l'avenue Mont-Royal à l'ouest de l'avenue…

Publicado por Cyclovia Camillien-Houde en Jueves, 5 de octubre de 2017

« On est toujours pressés. On est prêts à tout pour ne pas arriver en retard. Mais en retard à quoi ? Le décès de Clément me fait réaliser qu’on court toujours après ce putain de temps. Pourtant, quand on y pense, tant qu’on est vivants, on a juste ça, du temps. Clément, lui, il n’en a plus. On lui a enlevé son temps. »

Je lui ai donc demandé comment on peut améliorer la sécurité des cyclistes au Québec pour éviter qu’un tel accident se reproduise.

« On n’a pas le choix de cohabiter parce que le vélo devient de plus en plus populaire. Ce n’est pas une mode qui va passer. On doit donc s’adapter tout de suite parce que c’est une réalité qui va être là pendant longtemps. On dirait toujours qu’au Québec on traine de la patte sur tout. Il y a beaucoup d’exemples dans le monde qui démontrent que les cyclistes et les automobilistes peuvent coexister. »

On termine l’entrevue mais on continue de parler de triathlon jusqu’au moment qu’il embarque sur la scène. On aurait définitivement pu parler de triathlon et de sport toute la soirée! Il ne fait aucun doute que Maxim est un passionné de sport et que le sport a plus que changé sa vie; le sport lui a donné une seconde vie.

Report error or omission