La technologie dans le monde du triathlon évolue à chaque année. La plupart du temps le championnat du monde Ironman à Hawaii est l’occasion pour les compagnies de dévoiler leurs nouveaux produits.

Voici les différents produits qui ont attiré l’attention en 2018.

Le vélo Specialized S-Work Shiv avec freins à disque

Seulement quelques jours avant Kona Lucy Charles, Sarah True, Tim Don, Braden Currie et Javier Gomez ont dévoilé leur nouveau vélo, le S-Work Shiv. Ce vélo ne laissait aucune personne indifférente; soit vous l’aimiez ou vous le haïssiez.

Related: Five high-end bikes we got excited about in 2018

Il y a plusieurs particularités à ce vélo, dont les freins à disque, le compartiment à l’intérieur du cadre pour insérer de la nourriture, mais ce qui a surtout attiré l’attention c’est le gros réservoir pour mettre votre eau/hydratation derrière la tige de selle. Donc contrairement à l’ancien Shiv qui avait un cadre très large, le cadre du nouveau Shiv est beaucoup plus étroit mais il y a un « aileron » à l’arrière du cadre contenant votre liquide. Étant donné que le réservoir est à l’arrière, il semble très difficile de le remplir durant une course. On a également pu voir que le couvercle du réservoir du vélo de Lucy Charles n’était pas fermé et se déplaçait de gauche à droite durant la course. Pas super pour un vélo de 14 000 $ américains.

Bien que certaines personnes considèrent que des freins à disque sont inutiles sur un vélo de triathlon, particulièrement sur un parcours peu technique comme Kona, les freins à disques sont intéressants pour des parcours plus techniques, particulièrement sous la pluie. Le fait d’utiliser des freins à disques permet également d’utiliser des pneus plus larges. Par exemple, selon Slowtwitch, Tim Don a utilisé des pneus Turbo Cotton 26 mm qui sont presqu’aussi large que certains pneus 28 mm.

Les barres aéro de Patrick Lange

Photo: Swiss Side.

Le vélo du champion du monde Ironman Patrick Lange a attiré l’attention dû à ses barres de triathlon créées spécifiquement pour lui grâce à une imprimante 3D. Lange a passé beaucoup de temps en soufflerie pour améliorer sa position sur son vélo pour sauver des précieuses secondes. Au lieu de trouver des barres de triathlon qui lui convient et d’adapter sa position pour s’ajuster à ces barres, il a plutôt décidé de créer ses barres grâce à une imprimante 3D.

Photo: Marcel Hilger

Plusieurs cyclistes professionnels utilisent des barres imprimées spécifiquement pour eux, mais à ma connaissance c’est la première fois qu’un triathlète a utilisé une imprimante 3D pour se fabriquer des barres de triathlon. Il ne fait aucun doute que l’on va voir de plus en plus de composantes imprimées spécifiquement pour s’adapter à la position du triathlète et ainsi permettre une position plus aérodynamique.

Related: Patrick Lange and Project 101

Du testing Aéro abordable

Il n’est maintenant plus nécessaire de dépenser des milliers de dollars pour aller dans un vélodrome ou faire des tests en soufflerie. Maintenant, avec des systèmes comme BioRacer, Stac Performance, Notio Konect, AeroLab Tech ou Velosense vous pouvez maintenant tester votre équipement et votre position de façon abordable. Bio racer et Stac Performance déterminent votre cda (coefficient d’aérodynamisme) lorsque vous êtes immobile sur votre vélo. Vous pouvez tester différents casques, barres de triathlon et modifier votre position pour diminuer votre coefficient d’aérodynamisme. Ces systèmes sont maintenant accessibles dans de nombreux magasins de vélo.

Lionel Sanders, après ses tests en vélodrome, a fait des tests sur la route avec AeroLab Tech. Photo: Talbot Cox (via @lsanderstri)

Notio Konect, AeroLab Tech et Velosense permettent quant à eux de déterminer votre coefficient d’aérodynamisme en temps réel lorsque vous roulez dehors. Ces produits sont abordables et tout comme un powermeter vous permet de connaitre votre puissance en temps réel, ces produits vous permettent de connaitre votre cda (coefficient d’aeorodynamisme) lorsque vous roulez. Donc, durant un intervalle, en plus de vous concentrer à maintenir un wattage élevé vous pouvez aussi vous concentrer à maintenir un cda bas.

Ces produits sont souvent utilisés conjointement avec du testing en vélodrome ou en soufflerie pour déterminer si les résultats obtenus dans ces conditions contrôlées sont les mêmes sur la route. Par exemple, Lionel Sanders, après ses tests en vélodrome, a fait des tests sur la route avec AeroLab Tech.

Des capteurs de puissance pour la course et la natation

Il ne fait aucun doute que les capteurs de puissance ont révolutionné le monde du cyclisme et du triathlon. Cet outil est très utile pour déterminer les intensités lors des entraînements et pour planifier et contrôler son effort lors des courses. Si les capteurs de puissance sont si populaires en cyclisme, pourquoi pas en course à pied et en natation? Il existe plusieurs produits, tels que Stryd, qui permettent de déterminer la puissance développée à chaque pas. Bien que ce produit existe depuis quelques années, il ne semble pas aussi populaire que les capteurs de puissance de vélo. Il y a plusieurs raisons qui explique cela. Premièrement, contrairement au vélo où le vent et le dénivelé affectent grandement la vitesse, ce n’est pas vraiment le cas en course à pied. Ainsi, l’allure et la vitesse sont des mesures intéressantes peu importe les conditions. Également, avant que ce produit soit utilisé par la majorité des coureurs, il faudra que plusieurs autres compagnies développent des produits similaires pour que la technologie de ces produits s’améliore comme cela a été le cas avec les capteurs de puissance de vélo.

Je crois par contre que des capteurs de puissance pour la course à pied sont intéressants pour des parcours avec beaucoup de relief pour s’assurer de ne pas dépenser trop d’énergie inutilement en montant les côtes. Par exemple, le triathlète Ben Kanute a utilisé le capteur de puissance Stryd lors du championnat du monde 70.3 de Chattanooga pour s’assurer de ne pas aller trop vite en montant les côtes. Il savait qu’il ne devait pas dépasser un certain wattage en montant les côtes. S’il s’était fié uniquement à son allure il aurait probablement dépensé trop d’énergie en montant les côtes et n’aurait pas eu assez d’énergie pour les sections plates. Il a terminé deuxième lors de ce championnat.

Related: Review: Polar Vantage V

Maintenant que la grande majorité des gens ont des capteurs de puissance sur leur vélo et que les capteurs de puissance de course à pied deviennent de plus en plus populaires, les capteurs de puissance pour la natation tel que SmartPaddle font aussi leur apparition. Ce capteur est un peu plus petit que la paume d’une main et permet de déterminer la puissance exercée lors d’une traction en plus d’analyzer votre technique. SmartPaddle a été créé par Traineense, une compagnie Finlandaise. Il ne fait aucun doute que d’autres compagnies vont développer des produits similaires et que la technologie va continuer à s’améliorer.

Report error or omission