À seulement 17 ans et à sa troisième année junior, Pavlos Antoniades fait tourner les têtes. Ses résultats dans la catégorie junior mais aussi élite démontrent le potentiel de ce jeune athlète. J’ai eu la chance de côtoyer Pavlos lors d’un camp d’entraînement et j’ai été grandement impressionné par le professionnalisme de ce triathlète. Que ce soit dans l’eau, sur le vélo ou à pied, il va donner tout ce qu’il a. Il ne semble avoir aucune faiblesse! Souvenez-vous de ce nom, puisque Pavlos Antoniades est une étoile montante!

Photo Credit to Antoine Desroches

AD:Quel est le résultat donc tu es le plus fier?

PA: 15e au championnat du monde junior 2018 à Rotterdam

AD: Qu’est-ce qu’y a changé depuis ta victoire au Jeux du Canada?

PA: J’ai fait le transfert du secondaire (Keranna) au cegep (Collège Laflèche), ce qui m’a permis de mieux gérer mes entrainements et ma récupération, étant dans un programme sport étude avec une plage horaire personnalisée pour mon sport. Outre l’école, cette victoire, qui constitue la plus importante de ma carrière, est une étape marquante dans ma carrière d’athlète dont je suis très fier.

AD: Tu sembles très bien performer à Magog puisque tu as récemment terminé 6e à la CAMTRI de Magog, ce qui est ton meilleur résultat élite. Est-ce que ce résultat t’a surpris? Qu’est-ce que tu as appris de cette course?

PA: Oui ce résultat m’a beaucoup surpris surtout après une 22e place à la CAMTRI de Richmond en mai dernier. Je savais que j’étais en bonne forme et je visais un top 15, mais une solide natation m’a permis de faire le premier peloton en vélo, ce qui m’a ouvert la voie au top 10. J’ai appris à quel point une bonne natation peut faire la différence dans une course ITU et j’ai continué à prendre de l’expérience dans le circuit senior, ce qui m’aidera sans doute à passer de la catégorie junior à senior dans environ 2 ans.

AD: Quelles sont tes forces et faiblesses en triathlon?

PA:Depuis quelques années, ma natation a été un facteur limitant dans les courses de plus haut calibre; j’avais de la difficulté à transférer de la piscine à l’eau libre. Par contre, j’ai fait beaucoup de progrès cette été.

Ma force à la course à pied m’a souvent permis de me démarquer. J’effectue également de très bonne transition ce me permet de sauver de précieuses secondes. Enfin, je semble souvent bien performer sous pression.

AD: Quelle est ta discipline favorite?

PA: Course à pied, j’adore cette discipline depuis un très jeune âge

AD: Qui est ton entraîneur et depuis combien de temps?

PA: Pascal Dufresne depuis environ 5 ans

AD: Comment décrirais-tu ta philosophie d’entraînement (volume vs intensité, types de séances…)?

PA: Un bon mélange de volume et intensité. Augmentation des deux en camp d’entrainement. Je crois que le succès ne vient pas sans le travail. Je suis également un perfectionniste avec de hautes exigences envers moi-même (pas seulement dans le sport).

AD: Quel est ta séance préférée (en natation, vélo ou course)?

PA:

Natation : j’aime toutes les séances quand je fais des bons temps

Vélo : des séances de critérium

Course : fartlek, tempo run

AD: 3 aliments que tu dois absolument apporter en camp d’entraînement

PA: Boost, gatorade en poudre, compote pour bébé

AD: Que manges tu lors d’une longue sortie de vélo?

PA: Bar énergétique, bagel au Nutella, compote

AD: Ton repas favori la veille d’une course?

PA: Spaghetti ou brochette avec riz du St-Hubert

AD: Ton repas « récompense » après une course?

PA: Premier resto fast food que je vois ou bon steak (sorry vegans)

AD: Quels sont tes objectifs à long terme?

PA: Olympiques, performer sur le circuit de la série mondiale de triathlon, toujours avoir du plaisir dans mon sport

AD: Tes passions et passe-temps autre que le triathlon?

PA: Musique : piano, Netflix, lecture, cross-country, vélo de montagne, passer du temps avec ma famille et mes amis

Ton métier de rêve après ta carrière de triathlon?

PA: Médecin

Report error or omission