À chaque année on dit que c’est le championnat du monde Ironman avec le niveau de compétition le plus élevé, et cette année c’était probablement réellement le cas. Autant chez les hommes que chez les femmes, la compétition était très dense. Plusieurs triathlètes avaient de réelles chances de remporter la course ou de monter sur le podium.

Chez les femmes, la grande favorite était Daniela Ryf. Elle avait prouvé l’année dernière qu’elle est capable de remporter la course malgré une brûlure de méduse et un retard de 10 minutes au début du vélo. Lucy Charles savait donc que pour avoir une chance de vaincre Ryf elle devait avoir une course parfaite et espérer que Ryf ne performe pas au mieux de ses capacités. Ce fut surprenamment le cas! Daniela Ryf a eu une journée difficile et a perdu beaucoup de temps en vélo et en course à pied pour terminer en 13ième position.

Lucy Charles a quant à elle eu une journée presque parfaite. Elle a mené en natation, suivie de près par Lauren Brandon, et s’est échappée en vélo. Elle a impressionné plusieurs personnes en augmentant son avance sur ses compétitrices pour débuter le marathon avec une avance de plus de 7 minutes. Lucy Charles semblait confortable et en contrôle en course à pied. Toutefois, derrière elle, Anne Haug et Sarah Crowley étaient très motivées à réduire cet écart. Anne Haug, qui avait eu le meilleur temps de course à pied l’année dernière, a rattrapé Lucy dans l’Energy Lab. Haug a continué sur cet élan pour compléter le marathon en 2h51 et remporter la course. Crowley a également rattrapé Lucy et celle-ci n’a pu s’accrocher à Crowley. Toutefois, Crowley a ensuite frappé le mur et ralentit et Lucy Charles a profité de cette opportunité pour reprendre la deuxième position. Lucy Charles termine donc en deuxième position et Crowley termine en troisième position à moins de 2 minutes de Lucy Charles. Le Top 5 est complété par Laura Philipp et Heather Jackson.

Chez les hommes, bien que Patrick Lange ait remporté les deux derniers championnats du monde Ironman, dans les yeux de plusieurs, Jan Frodeno était le grand favori. Après avoir dû marcher en 2017 dû à une blessure au dos et après avoir dû manquer le départ en 2018 dû à une blessure à la hanche, Frodeno était plus que motivé!

À la sortie de l’eau il y avait un petit groupe de 9 mené par Josh Amberger qui incluait Patrick Lange. Dans une entrevue d’après course, Frodeno a déclaré avoir été très surpris de constater que Lange faisait partie du groupe de tête en natation. Brownlee a mis de la pression dès le début du vélo. Seulement Amberger, Frodeno, Clavel et O’Donnell ont été capables de suivre la cadence menée par Brownlee. Lange n’a pas été capable de rester dans le groupe et a abandonné la course en vélo. Il a déclaré avoir eu de la fièvre la nuit précédant le jour J. Brownlee a eu une crevaison et a changé de roue arrière au tournant à Hawi mais a été capable de rejoindre le groupe de tête par la suite.

Au 160 kilomètre Frodeno a accéléré pour s’échapper du groupe.

En course à pied, Frodeno semblait en contrôle et très efficace. Brownlee a débuté le marathon sur les chapeaux de roue mais a souffert vers la fin du marathon.  Brownlee a terminé en 21ième position, soit une position devant Lionel Sanders. Kienle, qui a démontré au championnat du monde 70.3 ses habiletés en course à pied, était confiant qu’il pouvait monter sur la plus haute marche du podium ou du moins sur la deuxième marche. Toutefois, Tim O’Donnell, en deuxième position, était prêt à défendre sa position. Tim O’Donnell, qui a été incommodé par une blessure au pied et n’était même pas certain de pouvoir prendre part à la course, a réussi à maintenir sa deuxième position grâce à un marathon couru en 2h49. Tim O’Donnell a terminé tout juste sous la barre des 8 heures, soit en 7h59 :40. Kienle termine en troisième position suivi de très près par l’Américain Ben Hoffman, qui a couru le deuxième meilleur temps en course à pied, soit 2h43 :08. Frodeno, quant à lui, a maintenu et même agrandi son avance en course à pied pour terminer avec le meilleur temps au marathon : 2h42 :43 et un nouveau record de parcours : 7h51 :13. Ce temps est d’autant plus impressionnant puisque contrairement à l’année dernière, les conditions en vélo étaient très difficiles.

L’uber-biker Cameron Wurf termine en cinquième position. C’est un très bon résultat pour l’Australien qui avait terminé 17ième en 2017 et 9ième en 2018. Malgré avoir eu le meilleur temps en vélo, soit 4h14 :44, Wurf a perdu trop de temps en natation pour pouvoir rattraper Frodeno en vélo. Wurf a annoncé en conférence de presse qu’il participera à une Coupe du Monde ITU dans quatre semaines et qu’il souhaite tenter de se qualifier pour les Jeux Olympiques en triathlon! S’il s’améliore en natation il pourrait certainement jouer un rôle important en vélo, mais actuellement son niveau en natation est loin du niveau des meilleurs triathlètes ITU. Ça sera certainement intéressant de suivre son cheminement!

Report error or omission